IMPORTANT. Par mesure de prudence, nous fermons pour une période indéterminée. Veuillez consulter fréquemment notre site afin d'être informés(es) lors de la reprise de nos activités. Soyez prudents(es)! ||

Réalisations des membres

Vous trouverez sous cet onglet des réalisations que nos membres ont créées lors des différents cours offerts par La Relance.    Vous êtes donc invités à nous faire parvenir vos œuvres ou vos créations à l’adresse suivante: communication@loisirslarelance.org       Merci

 

Premier atelier d’écriture –  La Relance, hiver 2020 

Professeure Diane Lambin

Textes du groupe

Consigne simple, poursuivre à la suite de ces mots : 

L’année nouvelle est là, elle s’impose

Et renouvelle la vision des choses

  • Le verbe principal : renouvelle pouvait être remplacé, selon l’inspiration par : ravive, transforme, dépoussière, stimule, modifie, influence…

L’année nouvelle est là, elle s’impose et influence la vision des choses. Que nous apportera-t-elle ? Du changement, certes, mais en noir ou en rose ? Gris obscur,  si on se fie à l’actualité, aux relations entre dirigeants des grandes puissances autant qu’à la santé fragile de notre planète. Rose, orangé, bleu azur si on sait creuser à l’intérieur de soi. Toutes les teintes sont permises. Le temps qui passe peut aussi guérir de vieilles blessures.

Ghyslaine Moreau

L’année nouvelle est là, elle s’impose et transforme la vision des choses. Cette pensée indéfinissable constituée de présent à la sauce future 2020. Le passé venant alors faire surface pour essayer de manipuler cette vision, comme si le futur demeurait garant de celui-ci. Osez imaginer l’année à venir, juste pour voir !

Cromar

L’année nouvelle est là, elle s’impose et dépoussière la vision des choses. Voilà pourquoi je tourne mon fauteuil vers la fenêtre, j’ouvre les rideaux et regarde les gens qui passent sans être effrayée par la laideur, car dans un instant la beauté passera aussi, celle que je n’aurais pas vue, bien à l’abri derrière mes rideaux.

Lucie Roy

La nouvelle année est là et ravive la vision que nous avons des choses, accentue la coloration des engagements pris au fil du temps qui passe. L’année nouvelle s’habille de la texture que la vie nous impose: rêche, douce, soyeuse, maudite. Elle est une loterie d’espoir, de rêves à rêver, de chemins à parcourir, d’humains à toucher. Rouler dans l’année nouvelle comme l’enfant culbute pour la première fois, lui ouvrir les bras, se présenter à soi, aux autres, à la terre et marcher les yeux grand ouverts.

Marie Lajoie

L’année nouvelle est là, elle s’impose et ravive la vision des choses. Elle éclaire le passé d’un vernis précieux, chatoyant de promesses pour créer d’autres reflets, d’autres couleurs. Elle insuffle le courage de quitter nos marasmes pour s’ouvrir à la joie, à l’émerveillement.

Madeleine Lessard

L’année nouvelle est là, elle s’impose et influence la vision des choses. Cette année nouvelle m’excite, car elle me fait avancer vers l’inconnu habillé parfois de lumière ou de noirceur. Cette année nouvelle m’angoisse, car je me sens poussée vers une sortie que je ne veux pas prendre et que je veux éviter pour rester encore un peu avec ceux que j’aime. Elle me procure une joie de vivre pour goûter chaque minute, afin de jeter un regard neuf sur les évènements et de les relativiser. Elle me donne une sensation d’être riche, grâce à l’énorme dépôt de temps dans mon compte vie où les retraits doivent se répartir sur l’année et ne servir qu’à l’essentiel. Je dois faire bon usage de cette vie qui m’est donnée!

Lyse Bourbonniere

L’année nouvelle est là, elle s’impose et influence la vision des choses. Est-ce un départ, la fin d’un cycle, le renouveau, la descente, la déchéance, le désastre ? La perdition ou plutôt l’incarnation de l’espoir, de la libération, du plaisir ou du bonheur, la joie d’avancer, de se surpasser, de dompter ses peurs ou simplement le plaisir de respirer…

Raymond Musseau

L’année nouvelle est là et dépoussière ce qui traînait de l’année 2019. Elle nous pousse à de nouvelles résolutions et vient modifier notre façon d’agir. Elle influence notre comportement, vivifie notre état d’esprit et invite à renaître à une nouvelle énergie. Elle suggère un grand ménage de nos déceptions et nous murmure de nous améliorer (encore). Elle insuffle un vent de renouveau. À nous de la recevoir.

Claudette Laliberté

L’année nouvelle est là, elle s’impose et renouvelle la vision des choses. Elle ravive nos envies fondamentales. Elle modifie notre parcours, parfois désordonné dans le dédale de la fin de l’année ancienne. Réfléchir, revenir en arrière pour mieux avancer et se propulser vers de nouveaux projets. Dépoussiérer les anciennes habitudes et aller à la découverte de nouvelles envies ou desseins dont la racine mère remonte à notre jeunesse. Retrouver des amies oubliées, refaire connaissance et si possible, réparer de vieilles blessures. Voir si l’amitié a résisté à la vie des cinquante dernières années. Chérir nos amours et nos amis pour continuer le chemin parcouru. Voilà mes défis.

Solange Rivard

L’année nouvelle est là, elle s’impose et ravive la vision des choses. Plusieurs voudraient bien remettre le compteur à 0 et repartir sur de nouvelles bases, mais il s’agit d’une illusion tout aussi évanescente que les résolutions. Je préfère raviver la perception des choses à chaque nouvelle expérience. Je laisse le renouvellement selon le calendrier aux  lunatiques qui oublieraient autrement de vivre leur vie.  Pour ma part, ma seule résolution sera de veiller à me renouveler dès que la routine se réinstalle.

Dine

L’année nouvelle est là, elle s’impose à moi et transforme ma vision des choses. Je veux changer mon regard sur ce monde cruel, indécent, immoral. Laisser filtrer dans ce brouillard épais les moments de bonheur qui traversent ma vie et celles de tant d’êtres humains. Je vais m’y attarder à ces sourires, ces poignées de mains, ces engagements pour un monde meilleur. Je vais regarder Greta dans les yeux, saluer les poètes, ceux qui chantent, les joueurs de harpe, les généreux, les bénévoles, les sauveurs de vie, les médecins sans frontières, ceux qui éteignent les feux. Je vais les aimer.

Micheline Rivet

L’année nouvelle est là, elle s’impose et renouvelle la vision des choses. L’année nouvelle influence la vision des choses, les prises de conscience amorcées en 2019, elle les impose en priorité. J’admire les jeunes gens de nos sociétés, ils nous pressent de nous arrêter sérieusement sur le réchauffement climatique, à nous mobiliser pour notre planète. Nos enfants ont raison. Nous les adultes sommes responsables des décisions économiques et politiques entrainant depuis des années la détérioration de la terre mère. Préoccupés par notre bien-être, envahis par notre égoïsme, nous avons ignoré ses signaux de détresse. En dépit des avertissements du monde scientifique, peu de pays ont bougé. J’espère que cette nouvelle année nous acheminera vraiment vers des solutions durables.  Que 2020 soit l’année de la Terre !

Lucile Daigneault 

L’année nouvelle est là, elle s’impose et renouvelle la vision des choses. On y est invité, presque forcé, le nouveau cycle nous pousse comme le vent parfois précipite nos pas. Que l’année garde quelques douceurs malgré les craintes, les urgences. Me vient l’envie de retrouver un parfum de foi, de souhaiter, comme on le faisait autrefois, des jours meilleurs… modernité oblige : des visions meilleures.

Diane Lambin

*

Groupe de l’atelier d’écriture animé par madame Diane Lambin; mardi après-midi – session hiver 2019

Insomnie à la fenêtre

Il neige, il neige

Flocons de neige

Neige de côté

Neige tapée

Neige mouillée

Balles de neige éclatées de rire

Bonhommes de neige songeurs

Bancs de neige pour sans abris

Il neige dans le cou

Il neige sur les joues, c’est doux

Un homme passe, couvert de neige

Je m’ennuie

Bonne nuit.

Le 17 mars 2019, Lucie Roy

 

Extrait de la chanson : « Tu trouveras la paix »,  de Stéphane Venne

Extrait : « Tu trouveras la paix dans ton cœur et pas ailleurs »

 

Tu connaîtras la poésie

Et tu sentiras que tu existes

Tu penseras que tout passe

Tu craindras de tout perdre

Alors, tu te diras

Vas-y mon cœur

Autant chanter et danser

Ici et pas ailleurs.

Le 17 mars 2019,Lucie Roy 

 

Un instant

Assise dans mon fauteuil sous la fenêtre, un soleil éclatant me réchauffant, je réfléchissais au ”Beauvoir” sur le thème de l’instant. Après quelques minutes, j’ouvre la télé et un conférencier apparaît discourant sur le temps, sur l’instant présent. Coïncidence troublante.

Ce même soir, je retrouve un livre déjà entamé et l’ouvre à la page au signet et, première phrase ”Ne quittons pas l’instant” ” l’instant n’a pas de limite”.

Tout me ramène à cet instant à écrire, et pourtant à l’instant ou j’écris, je ne sais que dire. Peut-être que si j’attends quelques instants…

Hélas, l’instant attendu n’est pas au rendez-vous.

Une autre fois, un autre instant peut-être.

Le temps est rempli de minuscules instants qui dessinent nos vies. L’instant est là, ah non, il est parti ! Un autre arrive. Moments fugaces qui ont laissé leurs empreintes sur notre route.

À l’instant où ma sœur aînée a coupé les cheveux de ma poupée, j’ai découvert l’injustice.

Ah ! Un instant, que me racontez-vous ?

— je vous le jure, il était là à l’instant et le temps de me retourner, il était disparu.

Comme ça, vous dites que vous l’avez vu un instant et que l’instant d’après, il n’était

plus là ?

–Oui, je vous le dis, tout s’est passé si vite, cela n’a duré qu’un instant.

 12 mars 2019, Diane Labrie

 

Suite mélodieuse *

Au bord de cette eau turquoise qui avance et recule, j’ai l’impression de sentir ma vie.

La brise caresse mon visage me rappelant tes mains chaudes.

Abandonnant toute résistance, je tombe, pleure, me relève debout,

habitée par ton absence.

Mais là où la vie te gifle, elle offre aussi sa poésie.

Ma toile sera tissée de tous ces instants passés, à venir.

La musique des vagues résonnera en moi comme les paroles d’une amie, d’une sœur.

Le sourire aux lèvres, les pieds dans l’eau, je trempe mes mains

et me baptise au nom de ma nouvelle vie,

debout, toujours debout….

Je suis le vent, je suis le roseau,

je plie mais me redresse dans ce vent venu d’ailleurs pour me caresser le visage.

12 mars 2019,* texte inspiré de bribes d’autres textes écrits par mes consœurs dans l’atelier. Diane Labrie

 

Réalisations de Michel Rivard

  

 Réalisations de Claude Lavoie 

  

 

 

 

 

Atelier d’écriture

Les textes qui suivent proviennent des participantes du groupe de l’atelier d’écriture animé par madame Diane Lambin; la consigne était :
  • s’inspirer du thème “Le livre dans ma vie”
  • en 200 mots
  • récit au « je » ou projeté à travers un personnage

Le livre dans ma vie

Il était une fois, des livres de contes fabuleux qui éveillaient mon imaginaire d’enfant.  Certes, ma mère y était pour quelque chose.  Habile lectrice, elle alternait savamment différentes mimiques selon les situations, farfelues, drôles ou émouvantes.  Elle me laissait le plaisir de tourner les pages garnies de dessins fascinants associés aux sortilèges des histoires.  Je finissais par fermer les yeux emplie de personnages aux multiples aventures.

Arrive l’âge de mes 15 ans, l’heure est à l’existentialisme.  Les œuvres de Simone de Beauvoir, de Jean-Paul Sarte et de bien d’autres grands écrivains m’ouvrent aux mille passions, aux mille destins, aux mille tragédies humaines. Leurs écrits sont déterminants, inspirants, gravés dans ma mémoire. Classiques impérissables, j’y reviens parfois avec la nostalgie d’une jouvencelle aguerrie.

S’en suit un temps de plénitude. Le livre devient mon fidèle compagnon au style nuancé.  Sans contrainte, il ne me demande que de m’évader avec lui comme deux vieux complices dans de romantiques rêveries, de folles passions, ou de déchirantes tragédies.

Le livre dans ma vie, c’est tout ça et plus encore.  Lorsque je me souviens qu’à mon tour, tout comme ma mère, j’ai lu les mêmes et inoubliables contes à ma fille, heureuse de s’endormir dans un perpétuel enchantement jusqu’à ce que plus tard, elle trouve d’elle-même son fidèle complice.

Et, lorsque je me souviens d’être devenue la lectrice de ma mère, ses yeux fatigués de vieillesse se fermaient doucement sur les ouvrages d’Alexandre Dumas qu’elle voulait écouter sans fin.

Lilyane Brébant

Atelier d’écriture

Avril 2016

_________

Le livre dans ma vie  

Je cherche des univers variés dans les livres afin de vivre des aventures.  Je lis partout et à toute heure.  Comment choisir « le » livre à chaque fois?  Comment être certaine que je réussirai à le lire dans le temps que je me suis fixé?  Et quand je dois interrompre ma lecture, je suis toujours impatiente face à la prochaine rencontre…dans l’univers choisi.  Il y a tant à lire…

Je reviens dans un passé très lointain parfois pour les trouver.  Entre autres mondes, j’aime la France fondatrice et les découvreurs qui nous ont amenés ici.  Je partage aussi l’histoire de vie des exclus d’aujourd’hui du Moyen-Orient et d’ailleurs.  Ils avaient une vie avant le déluge humanitaire, je ne peux ni ne veux  me passer de leur histoire.

J’apprends aussi à connaître d’autres facettes de ma personnalité: pourquoi suis-je tant attirée par les livres couvrant la guerre mondiale surtout en Europe de 1939 à 1945 et la cruauté faite aux juifs et aux gens des pays conquis? Je n’ai pas encore trouvé la réponse.

« Le livre de ma vie » sera celui qui m’amènera autour du monde, comme « Le tour du monde en 80 jours» de Jules Verne.  Il sera probablement le dernier car je ne pourrai le terminer, je dormirai profondément avant la fin de sa lecture.

Solange Rivard

Atelier d’écriture

Avril 2016

_________________________________________________________________________________________________________________________________